• février 7th, 2022

Une économie mondiale prospère a besoin d’un commerce qui stimule la croissance, l’innovation et l’emploi. C’est le seul moyen de parvenir à un monde développé équilibré et équitable. Et même les plus grands défenseurs du libre-échange savent que le système a besoin de mécanismes pour favoriser la coopération, promouvoir la coordination et l’intégration, éviter les guerres commerciales ou militaires et résoudre les différends de manière pacifique. Il est clair que le système ne remplit plus ses objectifs. L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) doit être réformée pour améliorer son fonctionnement et favoriser le progrès. 

L’ordre économique et commercial établi depuis la Seconde Guerre mondiale touche à sa fin. Les États cherchent désormais à garantir leurs intérêts politiques et économiques par le biais de tarifs douaniers et d’autres mesures protectionnistes. Ces nouvelles guerres commerciales paralysent le système et menacent l’efficacité d’organismes internationaux tels que l’OMC, qui a été créée pour renforcer un système commercial multilatéral. Une mise à jour de ses principes et de ses objectifs est essentielle, dans laquelle tous les pays et acteurs font preuve de flexibilité et construisent un consensus pour sortir de sa stagnation. Nous avons besoin d’un système qui assure une répartition équitable des bénéfices du commerce international, garantissant le développement des pays les moins favorisés. 

Pour faire face aux nouveaux défis, un nouvel élan est nécessaire pour revitaliser le système multilatéral 

Car dans ce nouveau monde post-cool, le pouvoir est diffus et les relations internationales deviennent imprévisibles. Les politiques protectionnistes et les sentiments nationalistes se confrontent à la réalité de la mondialisation, qui ne peut être arrêtée, mais doit être plus inclusive, durable et créatrice d’emplois. Une nouvelle OMC avec une vision claire, une stratégie et du pragmatisme est nécessaire. Des problèmes tels que le changement climatique et la sécurité géopolitique, les épidémies, la surpopulation, les inégalités, la faim, la migration ou le chômage demandent des approches collaboratives qui ne peuvent être résolues qu’à l’échelle mondiale. Mais aucun consensus ne se dégage. Ces problèmes sont interconnectés et ne peuvent être résolus par des solutions temporaires. 

Jamais des changements aussi fondamentaux n’ont été vécus dans l’histoire contemporaine. Pour relever ces nouveaux défis, il faut donner un nouvel élan à la revitalisation du système multilatéral. Une OMC renforcée, soutenue par des règles inclusives qui favorisent le commerce, le développement des entreprises et les investissements, peut jouer un rôle important dans la relance de l’économie mondiale. La nature des problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui est telle qu’aucun pays ne peut y faire face seule. Dans un monde interconnecté, les développements dans un pays ou une région peuvent avoir un impact important sur tous les autres. Il n’y a pas de meilleur commerce que l’action juste. Le commerce n’est pas une arme, mais un instrument de paix et de prospérité.