Sauver les PME, sauver l'économie

Vous êtes ici

 

Article d'opinion par Anwar Zibaoui, Coordinateur Général de l'ASCAME 

Sauver les PME, sauver l'économie

Une fois de plus, les PME sont victimes d'une crise économique mondiale causée par la pandémie COVID-19, qui menace fortement la poursuite de leurs activités et les moyens de subsistance des travailleurs. Le rôle des PME en tant qu'épine dorsale de l'économie mondiale et leur situation difficile actuelle rendent urgent le lancement de plans spécifiques qui fournissent des outils concrets pour aider à les sauver.

Des dizaines de milliers de PME pourraient faire faillite, ou sont sur le point de le faire, à cause de cette nouvelle crise. Nous vivons certainement l'une des périodes les plus difficiles de l'histoire des petites et moyennes entreprises. Les entrepreneurs éprouvent des difficultés à résister au choc et à accéder à des financements à des conditions raisonnables pour leurs activités ou leur expansion.

Parmi ces milliers d'entrepreneurs qui pourraient perdre leur entreprise, on ne sait pas combien se lanceront dans de nouvelles entreprises. Il n'existe pas de chiffres fiables, mais probablement très peu le feront pour la simple raison qu'ils perdraient non seulement leur investissement, mais peut-être aussi leurs économies et leurs prêts personnels.

Comment pouvons-nous créer un environnement propice à la croissance et à la prospérité des PME, même pendant la crise ? Quelles sont les réponses et les mesures politiques qui ont été mises en place pour soutenir le développement des PME ? Que faut-il faire pour les aider à se développer ?

Les PME sont un facteur d'impact essentiel. Ce sont eux qui génèrent le plus d'emplois. À titre d'exemple, on estime que pour chaque million d'euros investi par une PME, 14,7 emplois sont créés contre 3,1 emplois générés si l'investissement provient d'une grande entreprise.

Les PME contribuent à plus de 40 % du PIB dans les économies émergentes. Le secteur privé fournit 9 emplois sur 10 dans les pays en développement, joue un rôle clé dans la création de nouveaux emplois, favorise la croissance et possède un potentiel énorme.

Les PME en Méditerranée sont une partie inséparable de son économie. La région compte 25 millions de PME. Toutes les administrations reconnaissent leur importance et leur impact dans la création de richesse et la diversification des économies, en tenant compte du fait que ces entreprises et les entreprises informelles représentent 90% du tissu d'entreprises, 60% du PIB et 70% de l'emploi dans la région. Mais les PME ne reçoivent que 8 % du total des prêts bancaires. Toutefois, cette reconnaissance n'a pas conduit à des solutions efficaces aux problèmes endémiques dont souffrent ces entreprises, mais ceux-ci se manifestent plutôt de manière tragique dans chaque crise.

Les mesures gouvernementales ou les programmes de financement mis en place ne sont ni suffisants ni satisfaisants. L'asymétrie de l'information et la structure du système financier, les demandes de garanties et les taux élevés sont impossibles à accepter.

Malgré un nombre croissant d'accélérateurs de démarrage et de fonds pour la région, la création d'emplois, la compétitivité, l'augmentation de la productivité et la croissance économique contribuent à réduire la pauvreté. Les PME sont donc la clé d'une croissance inclusive en Méditerranée et sont essentielles, notamment pour l'émergence de la classe moyenne régionale et l'accès à l'emploi.

Malgré un enchevêtrement d'obstacles, certaines PME ont prospéré dans la région. Il existe une dureté et une résistance parmi les entrepreneurs de la région qui leur permet de surmonter pratiquement tous les obstacles. Ils méritent tout le soutien qu'ils peuvent obtenir, en particulier de la part des gouvernements, des banques, des investisseurs ou des sociétés de capital-investissement. Les PME auront un rôle essentiel à jouer dans la création des 20 millions d'emplois nécessaires pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail dans les années à venir.

Cependant, ils se heurtent à de nombreux obstacles, notamment l'accès au financement. Nous devons adapter nos systèmes pour les soutenir plus efficacement et ainsi participer à leur développement. Leurs besoins de financement s'élèvent à 200 milliards d'euros. Ces besoins sont un véritable frein à leur croissance et donc au développement économique des pays de la région.

Dans la région méditerranéenne, les défis se poursuivent, principalement en raison de l'évolution rapide du paysage du commerce électronique, de la numérisation croissante et de l'augmentation de la demande des clients, ce qui indique que la technologie et la transformation numérique continueront à jouer un rôle important dans l'avenir du commerce et de l'industrie.

Un soutien direct et immédiat doit être apporté aux PME pour assurer la poursuite de leurs activités. Il s'agit de veiller à ce que l'aide leur parvienne rapidement, ainsi qu'à leurs travailleurs, d'adapter les programmes sociaux existants dirigés par le gouvernement et de garantir l'ouverture des échanges et l'accélération de la circulation transfrontalière des biens essentiels.

Il est donc nécessaire de soutenir et d'améliorer leur environnement, de prolonger leur cycle de vie, de renforcer leur partenariat avec le secteur public et de faciliter leur accès au financement, en particulier pour les plus vulnérables. Des politiques, programmes et initiatives spécifiques doivent être élaborés pour soutenir les PME, en gardant à l'esprit qu'elles sont et seront le moteur de la croissance économique, les génératrices d'emploi et les moteurs d'une véritable intégration économique. Les PME sont souvent laissées pour compte, malgré leur contribution efficace à la mobilisation de l'épargne, à la modernisation des économies, à l'accroissement de la compétitivité et au développement du commerce international. Des canaux de dialogue entre le gouvernement, les employeurs, les travailleurs et les communautés doivent être mis en place.

Encourager les banques et les institutions financières conventionnelles à investir dans les secteurs productifs et à financer les PME et les micro-entreprises dans les pays méditerranéens. Pour sortir de la crise, le secteur privé, en particulier les PME, doit être stimulé.

D'autre part, il est pertinent de travailler à l'élimination des principaux obstacles à la création et au développement des entreprises, en fournissant une expertise comptable, technique ou juridique et en assurant le conseil, la formation, le suivi ou la sensibilisation aux questions environnementales et sociales. Il est également nécessaire de créer des centres de soutien aux petites entreprises de l'économie informelle, qui occupent une place centrale dans toutes les sociétés méditerranéennes.

Les pays de cette région doivent promouvoir la diversification de leurs économies dans le but de créer des emplois durables, en particulier pour les jeunes, qui ont un taux de chômage moyen de 45 %. Dans ce contexte, le soutien au développement de l'esprit d'entreprise doit être une stratégie clé. À cette fin, les gouvernements doivent offrir une plate-forme qui accueille l'esprit d'entreprise et fournir un environnement commercial transparent et efficace s'ils veulent sortir de la crise et compte tenu du potentiel matériel et humain dont ils disposent.

En Méditerranée, l'esprit d'entreprise et de création a des racines qui nous poussent à aider activement à la création de PME très précieuses et nécessaires pour les économies. Cette somme doit devenir un élément de compétitivité et un avantage comparatif par rapport aux autres économies. Une économie qui encourage et permet la création de nouvelles entreprises et crée un écosystème qui facilite d'autres types d'activités économiques productives.

L'engagement en faveur des PME signifie que les organismes politiques et financiers nationaux et multilatéraux accorderont une attention particulière à ces entreprises dans les années à venir afin d'améliorer leurs conditions de durabilité et de garantir leur pleine participation au processus de développement et de croissance.

Related Posts