Pourquoi les chambres de commerce sont-elles aussi importantes pendant cette crise ?

Vous êtes ici

Pourquoi les chambres de commerce sont-elles aussi importantes pendant cette crise ?

L'ensemble du secteur privé, et en particulier ses institutions intermédiaires comme les chambres de commerce, sont profondément préoccupées par les conséquences sociales, économiques et politiques de la pandémie. Il s'agit d'un choc énorme, inattendu et tragique pour la vie publique, la santé, le bien-être social et l'activité économique dans le monde entier, mais surtout dans les pays méditerranéens.

Nous ne savons pas si tout sera comme avant. COVID-19 a fait irruption dans nos vies, partout dans le monde, sans préserver l'espèce humaine, et encore moins les organisations. Qu'elles soient publiques ou privées, les conséquences seront durables et devront être abordées avec une vision différente dans le monde post-COVID-19.

Au niveau macroéconomique, il est évident que la mondialisation est sérieusement blessée. Toutefois, un relativisme sera établi et les acteurs réviseront leurs priorités à la lumière de la déstabilisation économique que nous connaissons actuellement à l'échelle mondiale. La souveraineté économique sera imposée aux États et, en particulier, aux industries dites sensibles. La dépendance vis-à-vis de la Chine a conduit tous les pays à s'interroger sur la réintégration de certaines industries sur leur sol, ou du moins sur une certaine réduction de cette dépendance. L'économie est systémique. Tous les secteurs d'activité ont été touchés en même temps comme jamais auparavant.

Pendant des siècles, les chambres de commerce ont été un moteur essentiel du développement de millions d'entreprises et ont travaillé avec les gouvernements et les institutions pour trouver des solutions aux défis locaux, régionaux et mondiaux et soutenir le secteur privé.

La raison d'être des chambres de commerce et d'industrie a été remise en question au cours des dernières années. Même dans plusieurs pays, leur rôle a été réduit, oubliant leur importance pour le développement économique, l'internationalisation, la formation et la promotion du territoire.

Les chambres favorisent l'ouverture du commerce et des investissements internationaux, ainsi que l'économie de marché. En raison de leur caractère international et supra-sectoriel, elles parlent avec l'autorité qui émane des entreprises de tous les secteurs et de toutes les régions du monde. Ils sont des acteurs nécessaires pour jouer un rôle clé en tant qu'institutions chargées de promouvoir l'activité économique et de favoriser la coopération entre les entreprises.

Aujourd'hui, les entreprises opèrent dans un nouvel environnement commercial, qui est volatile, technologique et où l'innovation et l'adaptation sont essentielles. La structure de l'entreprise, la main-d'œuvre, les produits ou le client changent constamment et de nouvelles solutions sont nécessaires. Les chambres devraient être en mesure d'aider, de tirer profit des opportunités et d'unir les synergies qui contribuent au développement et à la prospérité économique.

Pourquoi les chambres de commerce sont-elles aussi importantes aujourd'hui ? Parce qu'ils sont formés et dirigés par des entrepreneurs. Et ce sont eux qui ont la connaissance la plus large des besoins réels. En raison de leur caractère international et supra-sectoriel, elles ont l'avantage de s'adresser à l'autorité qui émane des entreprises de tous les secteurs et de toutes les régions du monde. Ils sont des acteurs clés en tant qu'institutions chargées de promouvoir l'activité économique et de favoriser la coopération et les investissements des entreprises, ce qui en fait des agents de cohésion et de paix. Cependant, ils ont besoin de la participation de tous les acteurs de la société et des autorités publiques.

Par conséquent, les chambres couvrent l'ensemble du territoire, connaissent les besoins des entreprises, servent d'intermédiaires avec les administrations, sont structurées en associations qui peuvent être coordonnées pour renforcer les intérêts d'un vaste territoire, et ont un contact étroit avec les entreprises. Ce sont des corporations utiles dans un monde globalisé.

Les chambres de commerce, en collaboration avec des organisations supranationales, sont des instruments clés pour la coordination réussie des activités commerciales Nord-Sud et promeuvent trois niveaux de coopération : la coopération en matière d'aide au développement, la coopération commerciale par le biais de foires et de missions, et la coopération régionale en tant qu'interlocuteurs des organisations multilatérales.

Le défi est de continuer à être une référence pour le monde des affaires national, régional et international, avec en prime la fourniture de services de qualité et la représentation devant les institutions publiques. En ce sens, son rôle dans la réalisation de l'ouverture commerciale dans certaines régions du monde est parfois plus utile que la diplomatie elle-même.

Le commerce est une force puissante pour la paix et la prospérité et les chambres constituent le meilleur réseau pour faire des affaires. Leur rôle est crucial. Toutefois, une nouvelle approche est nécessaire pour relever les nouveaux défis.

Les chambres de commerce et le secteur privé doivent se concentrer sur les défis de l'état actuel et les développements liés à la pandémie COVID-19, et ses effets sur le secteur des affaires et l'économie. Un examen des efforts déployés à tous les niveaux pour soutenir la continuité des activités et la stabilité économique

Les secteurs public et privé ont uni leurs forces pour gérer la crise, en particulier pour persévérer dans la santé et la sécurité des citoyens et des résidents et pour assurer la continuité des activités. Outre la lutte contre la propagation du virus COVID-19, le secteur privé a besoin de mesures de relance initiées par le gouvernement pour soutenir l'économie et les organisations, ainsi que de mesures visant à ouvrir partiellement les entreprises et à assurer la stabilité économique.

Toutes les entreprises, y compris les start-ups et les petites et moyennes entreprises (PME), n'ont pas été en mesure de passer aux produits et services numériques du jour au lendemain. Pour relever ce défi, les chambres de commerce et d'industrie doivent lancer des initiatives de soutien pour aider les nouvelles entreprises à se maintenir et à se développer tout en relevant des défis exceptionnels sur le marché. Ateliers de formation virtuelle pratique pour partager des conseils et des idées sur la manière dont les entrepreneurs peuvent construire ou améliorer leur présence sur le web en peu de temps.

Un soutien doit également être apporté aux entrepreneurs technologiques qui souhaitent développer la position de la région en tant que centre mondial d'innovation. Un programme de formation est le premier modèle innovant de ce type qui tient compte des circonstances exceptionnelles dans lesquelles nous nous trouvons et de la manière d'améliorer les capacités et les compétences des entrepreneurs et des nouvelles entreprises pour qu'ils puissent se maintenir et se développer dans de telles situations.

L'internationalisation et la mondialisation sont de nouveaux défis, mais la régionalisation des secteurs qui bénéficient de la proximité géographique et de la complémentarité économique l'est également. Dans un environnement commercial en évolution, les chambres fournissent des règles, des lignes directrices et des codes volontaires conçus pour faciliter les flux, équilibrer les transactions transfrontalières et aider les gouvernements à gérer les développements mondiaux de manière collaborative. Les chambres doivent non seulement protéger les intérêts de leurs membres, mais leur travail doit profiter à l'économie nationale et mondiale dans son ensemble et ainsi favoriser les objectifs du développement durable. Elles contribuent à assurer la paix et la prospérité mondiales en promouvant un système commercial international plus ouvert et plus inclusif et en créant un mécanisme durable pour mesurer et évaluer les besoins, les aspirations et les défis des entreprises dans leur environnement.

Sa caractéristique de représenter tous les secteurs d'activité au niveau mondial via la Chambre de commerce internationale, ou au niveau régional, provient de l'organisation particulière sous la forme d'un réseau dense de chambres de commerce, notamment en Europe, en Méditerranée, en Amérique latine, en Afrique ou en Asie-Pacifique. En ce sens, les associations régionales de chambres de commerce, telles que l'ASCAME, l'AICO ou les Eurochambres, entre autres, qui regroupent des entités de différents niveaux de développement, constituent un instrument de coopération de premier ordre.

Les chambres de commerce du monde entier partagent des objectifs communs, tels que la facilitation des échanges, la suppression des obstacles existants, la promotion du développement économique et l'amélioration de l'environnement des entreprises. Ces objectifs ont évolué vers un partenariat stratégique visant à faciliter le financement du commerce.

Au fil des ans, les chambres ont évolué et élargi leur offre en fonction de la croissance rapide et de l'évolution des besoins du monde des affaires. Ils fournissent des services visant à faciliter le commerce, la formation ou le soutien à l'exploration des marchés internationaux, mais ils doivent toujours s'efforcer de donner à leurs membres les outils et les connaissances dont ils ont besoin pour prospérer et se développer, tant au niveau local que mondial, pour mettre au point des solutions et des services commerciaux intelligents et innovants, et pour adopter des stratégies prospectives assorties de cadres visant à améliorer la compétitivité.

Reconstruire une organisation de chambre de plus en plus agile, le travail à distance, le travail collaboratif, l'intelligence collective, où l'autonomie est basée sur la confiance et la responsabilité, sera un grand défi, mais aussi les ingrédients d'une culture d'entreprise crédible et d'un leadership avec une pensée stratégique. Les événements montrent que la navigation en période d'incertitude n'est pas pour tout le monde.

L'intégration d'un objectif de responsabilité sociale devient un impératif de performance durable. Les politiques publiques ont contribué à préserver la trésorerie des entreprises et les ressources de ceux qui y travaillent. C'était nécessaire, mais pas suffisant. Il faut maintenant prendre des mesures de relance vigoureuses.

La numérisation, le commerce électronique, l'innovation et la R&D sont les principaux leviers de croissance qui doivent être activés afin de mieux négocier le virage serré que prend le commerce international. En tout état de cause, les recommandations des chambres devraient permettre de résoudre les problèmes logistiques rencontrés par les exportateurs pendant cette période de pandémie et de réfléchir à l'après-crise.

Face aux perturbations du commerce international et de l'activité de plusieurs lignes de production dans la région méditerranéenne et dans le monde, les exportateurs méditerranéens et mondiaux sont confrontés à une situation sans précédent et les résultats sont alarmants. Toutes les chaînes d'approvisionnement aériennes, terrestres et maritimes sont ébranlées par la propagation du nouveau coronavirus et les mesures prises par les gouvernements pour lutter contre la pandémie. Au niveau des industriels et des exportateurs, cela se traduit par des pénuries et des fermetures de lignes de production en raison du manque d'intrants, des contrats suspendus, des insuffisances de paiement, etc.

Les entreprises doivent établir de véritables feuilles de route qui comprennent de nouvelles mesures de sécurité et de santé, mais aussi de nouvelles approches commerciales et logistiques. En outre, ils doivent être vigilants lors des transactions internationales en raison de l'insolvabilité de certains clients et des risques accrus. Ils doivent développer une certaine capacité d'agilité et de planification face à l'incertitude et disposer d'un modèle commercial flexible pour pouvoir changer de produits, cibler des marchés et diversifier les sources d'approvisionnement. En ce qui concerne les leviers de la réussite, les exportateurs doivent investir dans le commerce numérique et électronique pour l'après-crise. Des efforts doivent être faits pour promouvoir les produits fabriqués dans la région et les rendre compétitifs au niveau international, ainsi que pour sécuriser et renforcer autant que possible les chaînes de production et réduire leur dépendance vis-à-vis de l'extérieur.

Dans le monde post-COVID-19, il est essentiel pour la croissance d'avoir une voix dans l'espace commercial international pour refléter les intérêts nationaux ou régionaux. En travaillant ensemble, en partageant les connaissances et en utilisant une expertise combinée, les chambres de commerce peuvent atteindre des objectifs communs, améliorer la compétitivité et faire avancer les entreprises en poursuivant des stratégies prospectives qui ouvrent la voie à une croissance durable. Les partenariats pour atteindre les objectifs et les progrès sont la voie à suivre.

Anwar Zibaoui, Coordinateur Général de l’ASCAME

 

Related Posts