L’ASCAME lancera un plan pour réactiver et répenser l'économie méditerranéenne après la COVID-19

Vous êtes ici

 

Barcelone, le 10 juin 2020 – L’Association des Chambres de Commerce et d’Industrie de la Méditerranée (ASCAME) a tenu hier son Bureau virtuel, qui s'est concentré sur l'analyse de la situation dans la région et des économies des pays méditerranéens à la suite de la pandémie COVID-19. Il a conclu en commençant à concevoir un plan pour réactiver l'économie régionale, aider ses secteurs et entreprises les plus touchés, et repenser le modèle de croissance et de durabilité dans la région.

Après les discours de bienvenue du Président de la Chambre de Commerce de Barcelone, Joan Canadell et du Président de l’ASCAME, M. Ahmed M. El Wakil, plusieurs présidents de chambres de Commerce de la région méditerranéenne ont présenté la situation dans laquelle se trouvent l'économie et le tissu entrepreneurial de leurs pays tels que l'Espagne, l'Italie, l'Égypte, le Maroc, le Liban ou l'Algérie. Ils ont souligné que cette crise nous rappelle l'importance de la collectivité, de la proximité, de l'interdépendance et du projet méditerranéen d'intégration et de solidarité, comme un engagement dans un programme avec une vision à long terme.

L’ASCAME considère qu'il est urgent d'atténuer l'impact de la crise, d'assurer la reprise du tourisme et de permettre au secteur de jouer un rôle de premier plan dans la reprise générale. Il est donc nécessaire de renforcer les mesures de relance et de fournir des incitations financières à l'investissement, aux opérations touristiques et à une meilleure préparation de l'avenir. Il est essentiel de soutenir les PME et de protéger les groupes les plus vulnérables, ainsi que de revoir les taxes affectant les transports et le tourisme, y compris le tourisme parmi les mécanismes d'urgence économique aux niveaux national et régional, afin de restaurer la confiance et de stimuler la demande.

D'autre part, l'Association appelle à des initiatives urgentes pour rendre les flux commerciaux plus robustes. La construction de plateformes numériques sera cruciale pour s'adapter à long terme à ce nouveau type de crise. La révision des processus logistiques, leur intégration à la révolution numérique et l'utilisation de grandes données pour gérer efficacement les flux logistiques seront également stratégiques.

Le Comité soutiendra également la coopération entre les entreprises de la région dans des secteurs tels que l'agriculture, la médecine, les produits pharmaceutiques et la logistique. Dans son plan, elle se concentrera sur les trois révolutions : la révolution verte (avec comme priorité les énergies renouvelables et circulaires), la révolution bleue (en particulier l'économie marine) et, surtout, un nouvel agenda numérique et d'innovation. Ce seront les leviers de la création de valeur car ils transforment la façon de faire des affaires et ont un effet multiplicateur sur la croissance des entreprises et des pays.

La R+D+I est le moteur de la construction et de la consolidation d'une économie de la connaissance et de la mise en œuvre d'une culture de la créativité. La transition vers la quatrième révolution industrielle, combinée à une crise de gouvernance, rend indispensable de reconsidérer en profondeur le capital humain et d'adapter l'éducation au marché du travail afin de parvenir à la prospérité et à la stabilité dans la région méditerranéenne.

Dans ce but, l’ASCAME lancera début juillet un programme de redressement des secteurs méditerranéens les plus touchés, tels que le tourisme et les transports, qui soutiendra également les secteurs plus traditionnels, comme l'agriculture, le textile ou l'industrie. Il proposera la région méditerranéenne comme destination pour délocaliser ou relocaliser les entreprises européennes qui veulent quitter l'Asie et parier sur un nouveau modèle numérique, vert et bleu.

Nous devons repenser l'avenir. COVID-19 a accéléré la nécessité de consolider nos secteurs économiques traditionnels et d'en stimuler de nouveaux. Ce sera la seule voie de survie et de développement, le moteur d'un progrès constant et le modèle de l'essor des entreprises, des pays et de la région méditerranéenne dans son ensemble.

L'obtention d'un financement est l'un des facteurs les plus importants pour sortir de cette situation. Comme vous l'a déclaré Anwar Zibaoui, Coordinateur Général de l’ASCAME, “Des centaines de milliers de PME pourraient faire faillite, ou sont sur le point de le faire, à cause de cette nouvelle crise. Nous vivons certainement l'une des périodes les plus difficiles de l'histoire des PME. Les entrepreneurs éprouvent des difficultés à résister au choc et à accéder à des financements à des conditions raisonnables pour leurs activités ou leur expansion.”

L’ASCAME appelle à un travail commun et à une collaboration public-privé, encourageant les gouvernements de la région à promouvoir des mesures appropriées et urgentes pour soutenir le secteur privé et à travailler côte à côte pour sauver l'économie et positionner la région méditerranéenne comme la grande plate-forme économique, commerciale et logistique du monde.

Related Posts