Accélérer l'économie verte dans la grande Méditerranée

Vous êtes ici

 

Article d'opinion d'Anwar Zibaoui, Coordinateur Général de l'ASCAME

Accélérer l'économie verte dans la grande Méditerranée

Barcelone, le 25 mai 2020 - Une autre conséquence de cette pandémie de la COVID-19 dans le monde est le ciel bleu, les arbres verts et les nuits étoilées. La réduction de la circulation automobile et des activités industrielles a permis d'assainir l'air dans des villes habituellement polluées, laissant leurs habitants dans l'admiration. Cela ne signifie pas nécessairement que nous faisons des progrès dans l'atténuation du changement climatique, mais cela montre bien à quel point nos actions affectent la nature.

La COVID-19 a perturbé les chaînes d'approvisionnement et de financement, et affectera également les nouveaux projets d'énergie solaire et éolienne. Toutefois, les énergies renouvelables seront le seul secteur énergétique à connaître une croissance de la demande cette année. En fait, le charbon enregistrera sa plus forte baisse de demande depuis la Seconde Guerre mondiale.

Nous sommes plongés dans un contexte particulier et complexe, marqué par des incertitudes économiques, politiques, sécuritaires et géostratégiques croissantes. Il est donc impératif que nous formulions des réponses urgentes et des solutions efficaces pour relever ensemble les grands défis communs. Il est temps de repenser la Méditerranée pour qu’elle soit un acteur positif et réactif sur la scène internationale. Nous devons mener une vraie réflexion méditerranéenne pour l'ensemble de la région, car il ne s'agit pas seulement d'énergie propre, mais d'un mode de fonctionnement différent, d'une réalité nouvelle.

La région est confrontée à de multiples défis: la pandémie, le développement économique, le changement climatique, la démographie, les jeunes, l'inclusion des femmes, le chômage, l'urbanisation, l'éducation, la démocratie… et nous sommes malgré tout condamnés à réussir. La région méditerranéenne bénéficie d'une des populations les plus jeunes du monde. Près de 50 % ont moins de 30 ans. C'est incroyablement passionnant et nous oblige à voir loin dans l'avenir. Nous avons besoin de nouvelles idées pour répondre aux besoins d'une population aussi jeune.

De nombreux défis sont en jeu, notamment en matière de gestion du tourisme et de lutte contre la pollution. Le changement climatique est une menace sérieuse pour le développement et la durabilité. Nous devons gérer les ressources, renforcer les politiques énergétiques et préserver notre grand patrimoine historique commun.

La feuille de route à suivre peut être basée sur les Objectifs de développement durable pour 2030. Le champ d'action est ambitieux: élimination de la pauvreté, éducation inclusive, villes durables, accès à l'eau potable, égalité des sexes, accès à l'énergie propre, etc. Le problème est que de nombreux gouvernements n'ont déjà pas respecté tous les engagements précédents et, sans la participation des entreprises, ces objectifs resteront inaccessibles. Le secteur privé doit être impliqué, car il fournit 60 % du PIB mondial et 90 % des emplois.

Le changement climatique et le manque d’eau en Méditerranée vont accroître l'impact des différents conflits et défis. La plupart des pays ont commencé à subir les conséquences de la pollution et de ses effets sur la population et d'autres aspects de la vie. On prend de plus en plus conscience que cette situation touche tout le monde: il ne se soucie ni de la nationalité, ni de la religion, ni des idées politiques. La situation nous oblige donc à nous mobiliser et à construire ensemble un environnement durable.

En Méditerranée, il est urgent de promouvoir la création d'économies plus économes en ressources et résistantes au climat. C'est le premier pas vers un avenir qui doit accroître la coopération entre ses deux rives et cela nécessite des mesures pour gérer les utilisations, ainsi que pour protéger un écosystème.

L'économie verte offre une grande opportunité de promouvoir le développement mondial avec une croissance durable et en accord avec l'Agenda 2030. Elle est présente dans les technologies propres, les énergies renouvelables, les services de l'eau, les transports verts, l'économie circulaire, la construction écologique, l'agriculture durable et la préservation de l'environnement, entre autres. Les emplois verts ne sont plus un mirage mais une réalité dont l’heure semble venue. Tout cela n'offrira que des opportunités d'affaires et d'emploi.

Le potentiel de la région est considérable. Les énergies renouvelables peuvent être le catalyseur pour stimuler cette croissance durable en Méditerranée. En plus de ses ressources hydroélectriques et éoliennes, elle possède le rayonnement solaire le plus élevé au monde et de grandes étendues de désert. Techniquement, la région pourrait satisfaire ses propres besoins énergétiques et à ceux du reste du monde avec la seule énergie solaire. L'investissement total prévu dans le secteur des énergies renouvelables jusqu'en 2030 sera de 250 milliards d'euros. La richesse doit être au service de la Méditerranée, de ses économies et de ses habitants.

L'industrie peut sortir d'une récession massive, même si les efforts pour y parvenir n'ont pas encore commencé. Il est essentiel d'avoir de l'ambition et de formuler une nouvelle vision méditerranéenne globale pour que la région devienne un leader dans l'économie verte. Les grands parcs solaires et les parcs éoliens terrestres constituent la source d'électricité la moins chère pour environ deux tiers de la population mondiale. On voit l’avenir avec optimiste.

L'impact de la COVID-19 devrait accélérer une transition globale vers une énergie 100% renouvelable avec une stratégie régionale pour y parvenir. Nous devons créer des systèmes énergétiques durables et nous efforcer à réduire les émissions de CO2.

Nous sortirons plus forts de cette pandémie, mais nous devons aussi l'utiliser pour être plus sages. La durabilité doit être un élément important de l'après-Covid-19 dans l'agenda global. Des décisions individuelles aux actions des entreprises et des gouvernements, nous devons adopter une économie verte, renouvelable et circulaire.

Pour assurer un développement durable, les pays méditerranéens doivent investir dans les ressources humaines en fournissant des fonds pour leur développement. Le changement climatique affecte tous les aspects de notre vie: notre environnement, notre économie et notre santé. Le temps de la discussion est terminé. Le moment est venu de passer à l'action.

Une nouvelle ère se fait jour pour ce secteur, plaçant cette région au cœur de l'industrie mondiale. Une planification à long terme et une vision commune sont essentielles pour mobiliser les ressources nécessaires au développement de la coopération énergétique entre les deux rives de la Méditerranée. Nous sommes tous conscients de la dépendance énergétique mutuelle entre l'Europe et la Méditerranée. Nous avons toujours des choix à faire.

Related Posts